Partagez | .
 

 Etoile de Feu - Si jadis la nue n'était pas noire, l'encre s'en est emparée aujourd'hui ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarFondatriceFondatrice
Messages : 320
Baies : 495
Date d'inscription : 03/06/2013

Votre cheval
Physique:
Relations:
MessageSujet: Etoile de Feu - Si jadis la nue n'était pas noire, l'encre s'en est emparée aujourd'hui ...   Mer 12 Juin - 13:13




Étoile de Feu









CARTE D'IDENTITE

►Noms: Boule de Feu - Nuage de Feu - Larme de Feu - Étoile de Feu
►Âge: 3 ans
►Sexe: Mâle
►Clan: Des Dahlias
►Rang: Chef





TON PHYSIQUE
Mon pelage noir de nuit fait peur, tout en moi n'est qu'un sombre camaïeu, mes yeux foncés étincellent d'une lueur mélancolique, mes sabots noir eux aussi, raclent le sol, et se font léger lorsque la course est venue, ma démarche fantomatique n'est qu'un reflet de mon passé, ce destin qui se joue de moi et le passé qui me nargue, la douleur chaque jour m'envahit.

Au fil des lunes ma silhouette s'est faite fine et musclée, la bataille m'a forgé, la souffrance aussi, tout en ce monde me semble noir, comme mon pelage, comme la nue un soir d'orage.





TON CARACTERE
Il fut un temps où mon rire était familier, une rire pure, sain, sans vice, celui de l'enfant heureux sans savoir qu'il l'est vraiment.Mais tout cela s'est fini dans une trainée de sang, dans un dernier effort, ce néant qui encore aujourd’hui me fait frissonner malgré moi.

Maintenant je ne suis que froideur et fermeté, j'aimerais tant que mon cœur s'ouvre et qu'enfin un sourire plisse mon visage, mais indéfiniment je reste ainsi, beaucoup me haïssent, certains m'admirent, peu m'aiment vraiment et encore moi me connaissent.Ce malheur qui me domine et que pourtant j'ai crée, je suis écrasé par mes pêchés, car derrière mon regard dur se trouve un enfant en pleur, appeuré et seule désespérément seul; face à face avec Charon ....





TON HISTOIRE
Tout commence par la naissance, et tout à fini pour moi par la mort d'une autre.

Je me rappelle, nous étions trois, ma sœur, mon père et moi même, depuis longtemps notre mère avait fuit, ses yeux maternels n'avait pas supporter la vision de la chair de sa chair, elle s'était enfuie, loin de nous, mais pourtant j'étais bien, je ne dirais pas heureux mais la vie n'était pas si douloureuse qu'elle l'est aujourd'hui, c'était presque beau.

Mais le destin se joue de nous, et mon père bientôt suivit ma mère, il partit, nous laissant seuls dans cette grotte où la chaleur s'était évanouie, nous restâmes tout deux collés l'un contre l'autre des jours, attendant leurs retours. "Ils sont partis à la chasse voilà tout" disions non, que nous étions stupides, la candeur nous a tué.C'est ainsi qu'une nuit claire elle partie, ma sœur cessa de respirer, et d'un geste elle bascula, son regard jadis si pétillant n'était plus rien, sa bouche à demi entre ouverte ne rejetait aucun souffle, je compris alors que jamais plus je n'entendrais sa voix cristalline, plus jamais nous jouerons ensemble sous le soleil de la praire, plus jamais je ne serais heureux, car "ils" l'avaient abandonné, elle était morte.Mon cœur alors se brisa, mais continua de battre, alors que le sien, lui, était immobile, son poitrail de velours de se soulevait plus, la chaleur de son pelage n'était plus que froideur cadavérique.

Alors, poussé par la rage, la tristesse, ou que sais-je encore, je me mis à marcher, traînant son frêle petit corps avec moi, lui parlant de temps en temps, pour la rassurer, pour qu'elle continue à vivre dans mon esprit, mais son regard restait désespérément vide, son corps restait raide comme la roche, mais je continuais? Hélas je n'étais qu'un minuscule poulain aux pattes frêles, bientôt je m'écroulais, mon petit corps soulevant de délicat nuage de poussière, bientôt je mourrais et j'allais la retrouver, nous pourrons alors de nouveau jouer ensemble, là haut.

Mais encore une fois le destin me planta un poignard dans le cœur, et un cheval me trouva, là à demi-mort, et m'emmena, laissant le cadavre de ma sœur seule, en proie à tous les charognards, quand je me réveillais, sans elle, il me dit, heureux de sa fausse bonne action:

"Bienvenue dans le Clan des Dahlias"

Je l'avais abandonné, et sans que je puisse me retenir je me mis à pleurer, ce fut la dernière fois.





COUPAIN ?
►Code du règlement:Validés par Moi même ♫
►Double compte? Niet


►Ton PUF : Lait/ Cerise/ Feufeu
►Ton Prénom :Pauline
►Ton Âge : Devine Razz
©️ - AQW

©️ Never-Utopia


_______________________☼_______________________

Merci, merci, merci ♥️

Qu'est ce que je les aime:
 


Merci ♥:
 


♥️ Ça c'est mes membres ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildcountry.probb.fr
 

Etoile de Feu - Si jadis la nue n'était pas noire, l'encre s'en est emparée aujourd'hui ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etoile d'Elendil
» Radiographie d'une presse réactionnaire, jadis progressiste par Joël Léon
» ~ Avouer ses fautes, poser une question ~ # Pv : Etoile d'Ambre #
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'Etoile Du Soir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Country :: • La Première Impression • :: Présentations Validées-